Square Stage

Eglise de MONCEY

EGLISE DE LA NATIVITE DE LA VIERGE UNITE PASTORALE DE MONCEY

SIECLE : XVIIIe

 

- AVANT LE 18ème SIÈCLE La question fut souvent posée :

Moncey était-elle une paroisse de plein exercice ou une simple annexe de l’église de Palise … ?

Il semble, sans que le problème soit nettement tranché, que depuis fort longtemps, Moncey avait tous les attributs d’une église de plein exercice.

 

Cependant, appelée communément « chapelle » elle servait à la célébration de certaines cérémonies, dont les sépultures, sans que les registres paroissiaux ne sortent jamais de la maison curiale de Palise où les fidèles avaient obligation d’aller signer les actes de baptême, de mariage, de décès.

Cette église de Moncey menaçant ruines fut aux environs de 1745, remise en état, notamment par la reconstruction du clocher, la pose d’une cloche et d’une grande porte à deux battants, la réfection du pavé, le rehaussement de la sacristie et le blanchiment de tout le bâtiment. Ce sont toutes ces grosses réparations qui ont fait de cette église ce qu’elle est aujourd’hui.

 L’ancienne cloche qui pesait environ 2000 livres, avait été brisée pendant la guerre de 1636, et les morceaux dispersés ou volés.

 

- L'église Actuelle :

L’édifice actuel qui mesure 30 m de long sur 7,45 m de large est constitué d’une nef unique. La chapelle de gauche renferme les tombes de la famille Jannot, celle de droite daterait du XVIe siècle et serait un reste du précédent édifice. Le clocher-porche, couvert à l’impériale, donne accès à la nef unique. La poussée des voûtes est contenue par des contreforts dans les angles et sur les murs latéraux.

 

- Le Retable du Maitre-Autel de 1701 :

Ce retable est réalisé par le sculpteur bisontin François Choye avec l’aide de son beau-frère, le sculpteur Ligier. L’ensemble, en trois parties, est surmonté d’une gloire avec, en médaillon, le Père Eternel. Plus haut, deux anges tiennent une couronne. Deux colonnes séparent la partie centrale des parties latérales, elles-mêmes terminées chacune par une autre colonne. Ces colonnes sont dites « salmoniennes », car elles ne sont cannelées qu’aux deux tiers de leur hauteur. Le tableau de la partie centrale représente la Nativité de la Vierge. Dans chacune des parties latérales, une niche abrite une statue.

 

- Le Retable du Maitre-Autel ZOOM :

Sur le tabernacle une représentation du Christ en berger, et un pélican. L’oiseau puise ses prises de la poche qu’il a sous le bec, d’où la légende selon laquelle il s’ouvre les entrailles pour nourrir ses petits. Il symbolise ainsi le Christ rendant la vie aux hommes par son sacrifice sur la croix. Cette représentation est très fréquente en Franche-Comté.

 

- La Chaire de de 1701 :

François Choye, adjudicataire de l’ouvrage, marchande cette chaire à son créateur Jean-Claude Saint. Les volutes de l’abat-voix constituent la base d’une boule représentant le monde, elle-même surmontée d’une croix. L’abat-voix, au centre duquel se trouve la colombe de l’Esprit-Saint, est terminé par une frise à glands. Le dosseret est encadré par des feuillages. La cuve est composée de cinq panneaux sans sculpture. Un tore épais au bas de la cuve, en bois sculpté, annonce la toupie.

 

- Les Cloches :

LES CLOCHES Les archives (peu fournies) ne précisent pas clairement la provenance des ces cloches. Cependant, des inscriptions relevées sur chacune d’elles nous donnent des indications précieuses.

La plus petite (H : 0,80 m – diamètre : 1 m) Porte, en français, les mentions suivantes : « JE M’APPELLE ADRIENNE STEPHANIE. J’AI ETE BENIE EN 1895 PAR M. FELIX GAUSSIN, …… CURE DE MONCEY. J’AI EU POUR PARRAIN M. CHARLES ADRIEN GUSTAVE, BARON DE GILVOISIN, DUC DE CONEGLIANO – ANCIEN DEPUTE DU DOUBS – ANCIEN CONSEILLE DU CANTON DE MARCHAUX – OFFICIER DE LA LEGION D’HONNEUR.ET POUR MARRAINE, Mme CHARLES MARIE STEPHANIE DACLIN, VEUVE DE M. FRANCOIS VICTOR MONNOT, …… CONSEILLER A LA COUR D’APPEL DE BESANCON – CONSEILLER GENERAL DU CANTON DE MARCHAUX ;

La plus grosse (H : 90 cm - diamètre : 110 cm) porte, en vieux français, des inscriptions en partie effacées. En voici quelques bribes : « EN 1756, J’AI ETE BENITE PAR MONSIEUR CHARLES …… PRETRE – CURE DE PALISE. J’AI EU POUR PARRAIN FRANCOIS FAUVEY ET POUR MARRAINE MLLE JEANNE FRANCOISE DE VENISE »

Sources : Documents interne et Dictionnaire des communes du Doubs et Archives diocésaines de Besançon.

Publié le 11/04/2021 - Par le service Informatique - Paroisse Marchaux - Rigney.

Rubrique Moncey - ÉGLISE DE LA NATIVITÉ DE LA VIERGE  - 18ème SIÈCLE -
 

Ouverture de l'église au public : Ouvert du lundi / dimanche de 9h-17h30.

(Sauf événement exceptionnel) 

Paroisse Marchaux Rigney (Bureaux)

5 Route de Vandelans, 25640 Rigney 

Adresse Mail: paroissemarchauxrigney@laposte.net

 

  • Facebook